Aller au contenu
Accueil » Blog » Les émotions en médecine traditionnelle chinoise

Les émotions en médecine traditionnelle chinoise

introduction

Une vision mouvante de l’équilibre

Dans la vision de la médecine chinoise, les états statiques n’existent pas. Comme dans le bouddhisme et d’autres visions orientales, le propre du vivant est le changement.

Tout change tout le temps.

Ainsi dans la médecine chinoise, il n’y a pas d’état de santé comme il n’y a pas réellement non plus de maladie. Il y a des successions de changement, parfois emprunt d’équilibre parfois en déséquilibre.

La vie est mouvement.

Dans la médecine chinoise une émotion n’est ni bonne, ni mauvaise par essence. Elles sont des mouvements du vivant.

Notre étymologie le dit également. Le mot « émotion » vient du latin « e movere », qui veut dire « ébranler », « mettre en mouvement ».

Pour autant, bien qu’une émotion ne soit ni bonne ni mauvaise par essence, son expression, la façon de la vivre et de la ressentir peut être perçu soit comme conforme au mouvement, car on le laisse s’exprimer. Soit comme une modification de son mouvement premier.

Nous pouvons entraver les mouvements naturels de nos émotions en les bloquant, en les minimisant ou en les intensifiant pour les exemples les plus fréquents.

En regard de cela, le mouvement naturel et vivant de l’émotion est parfois entravé par notre crainte de vivre et de ressentir l’émotion elle-même.

En regard de cela, il n’y a pas de bonnes émotions comme la joie qui serait à favoriser et des mauvaises émotions, comme la colère ou la tristesse, qu’il faudrait diminuer ou faire taire. Il y a donc juste des mouvements émotionnels harmonieux ou dysharmonieux selon que l’on les entravent ou non.

Mais pour commencer à laisser les émotions s’exprimer à travers nous, nous avons besoin de comprendre leur utilité.

Les émotions sont des informations !

Bien que tu puisses avoir des préférences à propos des émotions, car certaines sont plus agréables que d’autres à ressentir, chacune est porteuse d’un message puissant pour que tu te mettes en mouvement, pour que tu ajustes ton alignement.

Chaque émotion est messagère d’une information. Il y a donc ce qui apporte le message, l’émotion qui est transporteuse de message et le message lui-même.

C’est important de dissocié les deux car cela te permet d’accepter de ressentir l’émotion plus facilement si tu comprends qu’il y a un message à écouter à la clé.

Comprendre que le messager n’a rien à voir avec le message va te faire changer d’angle de vue par rapport à tes émotions. Tu n’auras plus de bonne raison d’être en crainte face à une émotion particulière car tu comprendras que chacune apporte un message en particulier.

Voici une petite métaphore pour illustrer la différence entre le message et l’émotion : On est d’accord, que tu aimes où pas ton postier, c’est lui qui apporte ton courrier.

Peut-être ton postier est hyper sympathique. Même si c’est lui qui t’apporte ta déclaration de revenus ou des factures. Peut-être ton postier est antipathique à tes yeux. Mais c’est lui qui t’apporter ton journal préféré et la carte postale des potes.

Et que tu aimes ou pas, ta feuille de déclaration de revenus, la carte postale des potes ou ton journal, n’a rien à voir. Car ce sont toutes des informations.

D’ailleurs tu fais pas la gueule à ton postier en fonction des informations que tu n’aimes pas. Comme tu lui saute pas dans les bras parce qu’il t’as apporté une info qui te plaît.

On est d’accord ?

Les émotions, c’est pareil. C’est des messagers. Chacune d’elle est porteuse d’une information. Que tu aimes sa tête ou pas, n’a rien à voir avec le message.

Mais quand tu lui claques la porte au nez, que tu refuses qu’elle entre dans ta vie, même un bref instant, tu ne reçois pas le message.

Dans ce petit document, je t’apporte une lecture des messages des émotions pour que tu sois plus à l’aise de les laisser entrer dans ta vie.

La colère et sa fonction

La colère prend racine dans un ressenti objectif ou subjectif, d’injustice et de non-respect de nos besoins. Toujours. Lorsque tu ressens de l’injustice, c’est toujours de la colère.

La colère est là pour nous indiquer lorsque quelque chose de précieux est menacé. Bien souvent, il est question de nos besoins et de nos valeurs.

Collectivement, elle met en mouvement les révolutions et les révoltes. Nous avons besoin d’elle pour identifier les injustices qui atteignent ce qui nous est cher. Elle nous invite à nous repositionner, à dire non. À poser des limites et du cadre.

Elle nous invite à nous affirmer et protégeant ce qui est précieux pour nous.

Elle nous invite à prendre soin, à s’affirmer en regard de nos valeurs, nos aspirations et nos besoins, lorsqu’elle est bien positionnée.

La colère apporte donc une aide précieuse pour connaitre de mieux en mieux, tes besoins et tes valeurs. Les choses que tu trouves être les plus grandes injustices du monde sont indicatrices de ce qui est essentiel pour toi et ce qui est cher à ton coeur.

La colère et son message

« Prend soin de toi et de ce qui est précieux pour toi. Ose les combats et les révoltes qui sont justes selon toi, afin de vivre en cohérence avec toi. Positionne-toi et affirme toi avec justesse et fermeté. »

La joie et sa fonction

La joie est l’expression d’un contentement en lien avec l’alignement à soi.

Que ce soit un alignement avec des objectifs, des projets, des valeurs personnelles en lien avec soi, ou en lien avec autrui, elle est indicatrice d’un chemin de réalisation.

La joie prend une teinte de compassion, de réjouissance désintéressée lorsqu’elle est connectée aux parts authentiques et profondes de qui tu es. Plus la joie est en lien avec la profondeur de l’être, plus son expression est douce, rayonnante et sereine et durable.

Elle est notre boussole intérieure et nous informe sur notre cohérence personnelle. Sur notre cohérence entre nos valeurs profondes et ce qui se manifeste dans notre réalité.

La joie nous élève, elle fait apparaître les parts les plus rayonnantes de notre être. Toujours dans les traditions taoïstes, l’on considère la joie comme étant une nourriture raffinée pour la conscience.

La joie et son message

« Ressens, vis et vibre chaque instant ! C’est la plus belle façon de changer le monde , de l’impacter positivement et de te sentir serein dans ton lien au monde ! »

Le souci et sa fonction

Le souci en médecine chinoise s’apparente à la réflexion.

Oui, je sais, cela semble étrange de penser que « réfléchir est une émotion ».
En médecine chinoise le fait de réfléchir est considérer comme une fonction permise par le mentale mais de nature émotionnelle.

Du point de vue de la médecine chinoise, la réflexion à pour but d’intégrer et de transformer les informations en vue d’en faire quelque chose.

C’est l’émotion qui fait le pont entre nos sens et nos sensations, donc notre perception du monde, et nos émotions qui sont une interface de perception intérieur. Cette compétence est permise grâce à nos facultés mentales.

La vocation de la réflexion est la transformation. Faire une bonne réflexion c’est comme faire du bon compost, c’est un terreau pour autre chose qui appelle l’action et la création.

La réflexion (ou souci) est l’émotion qui permet l’adaptation consciente. Le libre arbitre est permis par cette synthèse faite par le souci. Sans elle, il est impossible de faire des choix délibérés.

La réflexion à de particulier qu’elle est centrale à toutes les autres émotions, elle permet de faire une synthèse, un état des lieux intérieurs.

Aussi lors que celle-ci se fait pressante, insistante, que l’on cogite, elle indique que d’autres émotions n’ont pas été écoutées pour leurs messages.

Le souci et la réflexion et leur message

« Fait une synthèse de la situation, analyse, questionne, cherche ta vérité et ensuite incarne là en passant à l’action. »

La tristesse et sa fonction

La tristesse éveille notre sensibilité aux autres et au monde, ainsi qu’aux événements de la vie.

La tristesse s’accompagne du sentiment de perte. Celui-ci nous parle de notre attachement. Et du fait que les choses sont impermantes part nature. Rien ne dure toujours et c’est ce phénomène qui nous touche profondément lorsque nous sommes tristes.

Bien que ce soit une émotion qui puissent être profondément difficile à vivre, elle nous informe que nous résistons à un changement. Bien souvent nous avons aucunes prises sur ce changement. La tristesse est d’autant plus dure que la perte est grande et irréversible.

Elle peut selon les cas s’accompagner d’un sentiment d’injustice et faire naître la colère à ses côtés.

Pour autant, la tristesse, même petite, nous éveille la sympathie, l’empathie et la compassion. Elle est essentielle à l’apprentissage de l’humanité en chacun de nous surtout dans la dimension des liens relationnels et dans les phénomènes d’interdépendances.

La tristesse et son message

« Rappelle-toi que tout change tout le temps. Je serai toujours là lorsque tu résistes à l’impermanence du monde. »

La peur et sa fonction

La peur est l’expression même de nos systèmes de survie.

C’est une émotion en lien profond avec nos instincts de survie et avec notre évolution et nos systèmes ancestraux.

Elle s’accompagne bien souvent avec une impression de danger. Lorsque ce danger est immédiat, comme un rhinocéros qui charge ou une voiture qui te fais face sur l’autoroute, ce danger se rapporte à tout les instincts de survie qui se mettent en place de manière « automatique ».

Mais lorsque le danger n’est pas immédiat ou imminent, et que la peur plane, il est plus souvent question de sécurité. Tout cela pour dire que tu trouveras des corrélations avec l’exercice de la pyramide et ces deux premiers étages.

Comme la tristesse, elle nous ramène dans le concret, dans la réalité. Mais elle nous pousse à passer à l’action pour notre sécurité. C’est notre instinct qui parle à travers elle.

La peur et son message

« Tu es mortel et fragile. Fais quelque chose pour te mettre en sécurité ! »

Si tu as aimé cette approche et que tu souhaites découvrir plus amplement l’approche des émotions selon la vision taoïste ou en savoir plus sur cette philosophie, je t’invite à découvrir l’espace membre gratuit !

ME · TAO · ORGANIC

Télécharge le guide !

Tu y retrouveras tout ce que tu as lu ici et des informations complémentaires, comme le lien avec les éléments de l’énergétiques traditionnelles chinois ou ce qu’on appelle les émotions composites !

6 commentaires sur “Les émotions en médecine traditionnelle chinoise”

  1. « que tu aimes où pas ton postier » : ou

    Hyper compréhensible, les définitions, les petits messages des émotions : top
    Très belle présentation

    On ne trouve pas les petits logo pour approfondir ? J’aime bien ces repères de logo.

    Merciiiii pour tout ça !

  2. La section commentaire peut être décourageante :
    Elle rallonge le menu déroulant de la page.
    Un visiteur tout nouveau, voyant la quantité de texte à dérouler, peut se décourager rien qu’avec cet indicateur.
    Le temps de concentration moyen étant de 8 secondes (voui voui, en dessous du poisson rouge, on confond trop souvent temps de concentration et mémoire à court terme) le signal n’est pas bon.
    Peut être caché les commentaires dans un menu déroulant ? Ou sur une autre page ?

  3. Relecture de la partie « La vie est mouvement »
    La vie est mouvement.
    => enlever le point final
    Dans la médecine chinoise, une émotion n’est ni bonne, ni mauvaise par essence. Elles sont des mouvements du vivant.
    => ajout d’une virgule.
    INcohérence « une émotion » et « elles » => remplacer « elles » par « les émotions »
    « Notre étymologie » => « l’étymologie »

    Pour autant, bien qu’une émotion ne soit ni bonne ni mauvaise par essence, son expression, la façon de la vivre et de la ressentir peut être perçu soit comme conforme au mouvement, car on le laisse s’exprimer. Soit comme une modification de son mouvement premier.
    => pas clair pour moi, trop long. Ma proposition ci-dessous :
    Pour autant, bien qu’une émotion ne soit ni bonne ni mauvaise par essence, elle peut être vécue soit en cohérence avec son mouvement naturel, soit en modifiant son mouvement premier.

    Nous pouvons entraver les mouvements naturels de nos émotions en les bloquant, en les minimisant ou en les intensifiant pour les exemples les plus fréquents.
    => remplacer « exemples » par « cas »

    En regard de cela, le mouvement naturel et vivant de l’émotion est parfois entravé par notre crainte de vivre et de ressentir l’émotion elle-même.
    => « Au regard » plutôt que « en regard »

    En regard de cela, il n’y a pas de bonnes émotions comme la joie qui serait à favoriser et des mauvaises émotions, comme la colère ou la tristesse, qu’il faudrait diminuer ou faire taire. Il y a donc juste des mouvements émotionnels harmonieux ou dysharmonieux selon que l’on les entravent ou non.
    => Au regard de cela, c’est une erreur de qualifier certaines émotions de positives comme la joie, et qu’il s’agirait de favoriser tandis qu’il s »agirait de taire des émotions jugées négatives, comme la colère ou la tristesse.

    Mais pour commencer à laisser les émotions s’exprimer à travers nous, nous avons besoin de comprendre leur utilité.

  4. Un changement de « sujet » dans ce texte sur la colère :

    Elle nous invite à prendre soin, à s’affirmer en regard de nos valeurs, nos aspirations et nos besoins, lorsqu’elle est bien positionnée.
    La colère apporte donc une aide précieuse pour connaitre de mieux en mieux, tes besoins et tes valeurs. Les choses que TU trouves être les plus grandes injustices du monde sont indicatrices de ce qui est essentiel pour toi et ce qui est cher à ton coeur.

    Tu passes du nous à tu, et du coup je trouve que ça casses le rythme….
    Pu***** qu’il est bien ton site, faut que je file prendre le buuuuuus mais je relis plein de truc demain XD

  5. aussi, il y a une typo dans cette page en laissant un commentaire, « commentaire en attente de valideation » –> « commentaire en attente de validAtion »

  6. Lecture de haut en bas, j’ai mis en gras les typos et corrections orthographiques et mes propositions de modification (et les titres des sections/sous sections pour savoir où j’ai sélectionné le texte):
     » Il y a des successions de changementS, parfois emprEINTS d’équilibre, parfois en déséquilibre. »
    Je suggère les modifications suivantes dans cette phrase:
    « Pour autant, bien qu’une émotion ne soit ni bonne ni mauvaise par essence, son expression, la façon de la vivre et de la ressentir peuVENT être perçuES soit comme conformeS au mouvement – car on le laisse s’exprimer – soit comme une modification de son mouvement premier.

    « Nous pouvons entraver les mouvements naturels de nos émotions en les bloquant, en les minimisant ou en les intensifiant pour les exemples les plus fréquents.
    En regard de cela, le mouvement naturel et vivant de l’émotion est parfois entravé par notre crainte de vivre et de ressentir l’émotion elle-même. » –> cette phrase semble répéter la phrase précédente, et il y a une répétition avec « en regard de cela » dans la phrase suivante. Je ne suis pas sûre d’avoir bien compris le sens de cette phrase, est-ce que remplacer cette phrase par « parfois, c’est notre crainte de vivre et de ressentir l’émotion elle-même qui entrave son mouvement naturel et vivant » a le même sens que celui que tu as voulu décrire?
     » Il y a donc juste des mouvements émotionnels harmonieux ou dysharmonieux selon S’ILS SONT ENTRAVéS ou non ou non. » –> je suggère ça mais si tu préfères garder ta formulation précédente, c’est « que l’on les entravE ou non ».

    section « Les émotions sont des informations ! »:
    « C’est important de dissociER les deux car cela te permet d’accepter de ressentir l’émotion plus facilement si tu comprends qu’il y a un message à écouter à la clé. »
    « Voici une petite métaphore pour illustrer la différence entre le message et l’émotion : On est d’accord, que tu aimes oU pas ton postier, c’est lui qui apporte ton courrier. »
    Peut-être ton postier est hyper sympathique. Même si c’est lui qui t’apporte ta déclaration de revenus ou des factures. Peut-être ton postier est antipathique à tes yeux. Mais c’est lui qui t’apportE ton journal préféré et la carte postale des potes.
    « Et que tu aimes ou pas, ta feuille de déclaration de revenus, la carte postale des potes ou ton journal, n’a rien à voir.  » –> peut être dire « n’a aucun impact sur le fait de les recevoir quand même » ? au lieu de « n’a rien à voir » ?(après « n’a rien à voir » je m’attends à un « avec…(insérer ici le truc avec lequel cela n’a rien à voir.) )
    « D’ailleurs tu fais pas la gueule à ton postier en fonction des informations que tu n’aimes pas. Comme tu lui sauteS pas dans les bras parce qu’il t’A apporté une info qui te plaît. »
    Les émotions, c’est pareil. CE SONT des messagers.

    La colère et sa fonction
    « La colère apporte donc une aide précieuse pour connaître (accent circonflexe sur le i) de mieux en mieux, tes besoins et tes valeurs.  »

    La joie et sa fonction
    La joie nous élève, elle fait apparaître les parts les plus rayonnantes de notre être. Toujours dans les traditions taoïstes, ON considère la joie comme étant une nourriture raffinée pour la conscience.

    Le souci et sa fonction
    En médecine chinoise le fait de réfléchir est considéré (é, pas -er) comme une fonction permise par le mentaL mais de nature émotionnelle.
    Du point de vue de la médecine chinoise, la réflexion A pour but d’intégrer et de transformer les informations en vue d’en faire quelque chose.
    C’est l’émotion qui fait le pont entre nos sens et nos sensations, donc notre perception du monde, et nos émotions qui sont une interface de perception intérieurE.
    La réflexion A de particulier qu’elle est centrale à toutes les autres émotions, elle permet de faire une synthèse, un état des lieux intérieurs.
    Le souci et la réflexion et leur message
    « FaiS une synthèse de la situation, analyse, questionne, cherche ta vérité et ensuite incarne-lA en passant à l’action. »
    La tristesse et sa fonction
    La tristesse s’accompagne du sentiment de perte. Celui-ci nous parle de notre attachement. Et du fait que les choses sont impermanENtes PAR nature.
    Bien que ce soit une émotion qui puissE être profondément difficile à vivre, elle nous informe que nous résistons à un changement. Bien souvent nous N’avons aucunE prisE sur ce changement.
    La peur et sa fonction
    Elle s’accompagne bien souvent D’une impression de danger. Lorsque ce danger est immédiat, comme un rhinocéros qui charge ou une voiture qui te faiT face sur l’autoroute, ce danger se rapporte à tout les instincts de survie qui se mettent en place de manière « automatique ».
     » Tout cela pour dire que tu trouveras des corrélations avec l’exercice de la pyramide « (je ne suis pas sûre de quelle pyramide il s’agit, mettre un lien là-dessus qui mène à une page explicative ou une note ou l’exercice auquel elle se rapporte?) « et Ses deux premiers étages. »
    Télécharge le guide !
    Tu y retrouveras tout ce que tu as lu ici et des informations complémentaires, comme le lien avec les éléments de l’énergétiques traditionnelles chinois » –> je dirais soit « les éléments énergétiques traditionnels chinois » ou « les éléments de l’énergétique traditionnelle chinoise »

Veuillez vous connecter pour laisser un commentaire