Accueil » Blog » différence entre être et faire

différence entre être et faire

Visible et invisible

J’aime bien comparer l’humain à un iceberg.

C’est une image simple qui permet de mettre en évidence le fait que certaines parts de nous sont visibles aux yeux de tous, mais qu’une bien plus grande partie de ce qui nous constitue est invisible au regard des autres, y compris de nous-même parfois.

L’être

Est la partie cachée de qui nous sommes. Elle est vaste et complexe comme un univers en soi.

Le faire

C’est la partie exprimée de notre être. Celle qui est visible pour les autres. Elle est la zone d’interface avec le monde.

Notre être profond

Avant tout nous sommes chacun des processus évolutifs !

C’est à dire que nous ne sommes pas inertes et figé. Nous changeons, nous grandissons, nous évoluons.

Qui tu es, c’est une rencontre entre ce qu’il y a dans ton corps, ton ADN, tes caractéristiques physiques, tes origines et aussi ce qui compose ton être intime, tes pensées, tes préférences, tes valeurs et tes aspirations par exemple.

Un peu comme plusieurs calques qui se superposent.

Nous pourrions débattre longtemps sur l’essence de qui nous sommes. C’est certainement la plus vieille question de l’humanité !

C’est quoi l’être ?

Tes pensées, tes émotions, tes sentiments, tes valeurs et tes besoins n’appartiennent qu’à toi. Tout comme ton corps.

Personne n’a le droit de mettre en doute, d’attaquer, ou de nier qui tu es. Rien ne justifie ce type d’agissement. Cela ne t’empêches pas de rester ouvert aux conseils ou aux questions, tant que cela est fait avec respect et dans un but constructif.

Les particularités de nos êtres

  • Ce qui vit en nous nous appartiens et nous rend unique ;
  • Tout ce qui est à l’intérieur de nous impacte le monde uniquement lorsque nous l’exprimons à l’extérieur ;
  • Nous avons la possibilité d’agir sur ce qui vit en nous pour gagner en liberté personnelle.

Dans un monde idéal, « qui je suis » suscite de l’amour inconditionnel (oui, oui sans condition), du respect et de la bienveillance.

Après chacun choisit d’être en relation avec toi ou non. Et tu peux faire pareil.

Ci-dessous, une image pour te donner des pistes sur ce qui constitue ton être. Ce n’est évidement pas exhaustif, mais c’est utilisable en vue d’introspection et de connaissance de soi !

Faire

Ce que tu fais est potentiellement susceptible d’impacter les autres et le monde : tes actes, tes choix, tes paroles, tes réactions et tes positionnements sont des façons d’entrer en relation.

Que ce soit le choix de tes paroles, ta façon de t’exprimer ou tout autre acte de ta part ou de la part d’autrui, aura un effet sur l’autre.

Cet effet peut être vécu de trois manières principalement : cela peut être agréable, désagréable, ou créer de l’indifférence.

Il est donc normal que les relations entre individus soient conditionnelles au niveau du faire. Et il est même essentiel qu’elles le soient pour le fonctionnement de la collectivité.

Relation et échange fluide

Il y a ce qui m’appartient et ce qui ne m’appartient pas. J’ai de l’influence uniquement sur ce qui m’appartient.

La façon dont les autres reçoivent mes paroles ne m’appartient pas. Ce sont leurs réactions, leurs émotions, leurs intériorités qui s’expriment. D’ailleurs, quoi que je fasse, il y aura toujours quelqu’un pour aimer, quelqu’un pour détester et d’autres pour être indifférents.

Lorsque j’essaie d’avoir de l’influence hors de ma sphère, par exemple en cherchant à modifier la réaction d’autrui à mes paroles, cela est intrusif, et c’est la base de l’ingérence.

Bien que mes actions et mes paroles soient le prolongement de qui je suis, les autres ont le choix de se positionner comme ils l’entendent dans leur relation avec moi.

La relation est comme une membrane poreuse et souple. C’est un espace d’échange. Si c’est poreux et souple, je peux donner et recevoir. Si ça n’est pas souple, si cela n’est pas profitable à toutes les parties alors j’ai le choix de me désengager. J’ai toujours le choix de donner. J’ai toujours le choix de refuser ce que je reçois dans la relation. J’ai toujours le choix d’être en relation ou de refuser la relation.

Et oui, il a des conséquences.

En fait, il y a toujours des conséquences. À tout ce que je fais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *